Étiquettes

Il explique que certaines personnes « d’origine urbaines la plupart du temps », poussées par leur « égocentrisme », auraient déposé des plaintes. Elles pointaient du doigt des nuisances sonores qui les dérangeaient trop à leur goût. (Cette surprenante idée a pris naissance à la suite de nombreuses plaintes qu’il a reçues en tant que maire).

clip_image001

La vie paysanne à la campagne en danger (De nombreux néo-ruraux viennent à la campagne pour imposer leur vision de la vie à la campagne au monde paysan) le chant du coq et des poules dérange, l’âne dans la prairie lorsqu’il brait dérange (il est vrai qu’on l’entend de très loin) « Han ! Han ! Hi ! Han ! » Les tourterelles turque, les pigeons ramiers (palombes) ou le coucou, dérange, sans compter le chien qui est toute sa journée attaché et aboie pour manifester son désaccord et aimerait bien se dégourdir les pattes, ainsi que les chats en période d’accouplement qui font un raffut pas possible sur les toits des maisons, et. … le pire, c’est lorsque le clocher de l’église égraine les heures au son des cloches.

Bruno Dionis du Séjour souligne les nombreuses contraintes des travailleurs du monde rural. Il ne manque pas de rappeler qu’un agriculteur ou un éleveur a souvent besoin de disposer d’animaux ou de machines agricoles « parfois même le dimanche où, lorsque certains ont la chance de se reposer, d’autres n’ont d’autres choix que de travailler. »

Cette requête pourrait bien voir le jour. Près de 31 maires autour de la commune dont il appartient auraient d’ores et déjà apporté leur soutien. Parmi eux, le maire de Sauveterre-de-Guyenne (Gironde) Yves d’Amécourt affirme sur son compte Twitter que ce serait un moyen de soutenir les petites communes qui « se retrouvent face à des emmerdeurs. » Le député UDI de Lozère Pierre Morel-A-L’Huissier promet dans Le Figaro de déposer un projet de loi pour porter cette idée d’ici une dizaine de jours.

CBV

Publicités